A partir de ce mois ci et chaque mois, Monsieur Jean Michel MICHAUX redigera un article pour la lettre d information du journal Jardineries Animaleries Fleursites de Monsieur Luc Narolles.

Retrouvez ici la presentation de la lettre d actualite : https://www.jardinerie-animalerie-fleuriste.fr/actualites/portraits/jean-michel-michaux-docteur-veterinaire-nouvel-expert-jaf-info-jardinerie-animalerie-fleuriste/370259/

Et ici le premier article sur les perturbateurs endocriniens :

 

Depuis quelques années, les médias parlent fréquemment des perturbateurs endocriniens en soulignant la gravité de l’exposition à ces substances sur notre santé.

Le vendeur en jardinerie et les jardiniers soumis à une exposition régulière aux substances biocides ou phytopharmaceutiques vraisemblablement perturbateurs endocriniens doivent-il faire attention à ces informations ou s’agit-il d’un phénomène médiatique qui finira par s’éteindre ?

La commission de l’Union européenne vient de donner une définition à ces substances et il est prévu dans le règlement biocide que les substances ainsi caractérisées soient dès que possible interdites.

Tous les grands organismes de santé (INSERM, INRS, ANSES, Institut National du Cancer, Ministère de la Santé…) rédigent des documents sérieux sur cette question qu’il est facile de trouver sur internet.

Qu’appelle-t-on perturbateurs endocriniens ?

Une substance est un perturbateur endocrinien si elle perturbe soit la sécrétion, soit le mécanisme d’action des hormones. Les hormones sont des substances sécrétées par des glandes ou des cellules et déclenchant des actions dans des cellules situées à distance. Elles ont uniquement un rôle d’information et interviennent sur la régulation des grandes fonctions.

Ces hormones sont très nombreuses. Il est possible de citer les estrogènes (hormones sexuelles femelles), les androgènes dont la testostérone (hormones sexuelles mâles), les hormones thyroïdiennes intervenant sur l’intensité du métabolisme basal et sur la différentiation cellulaire, l’insuline dont la défaillance entraine certains diabètes

En perturbant soit la sécrétion, soit le mécanisme d’action des hormones, ces substances peuvent avoir des actions graves sur l’organisme.

Par rapport aux toxiques habituels, ces perturbateurs sont considérés comme plus dangereux pour 3 raisons :

 Intervention à des doses largement plus faibles (souvent 1000 fois inférieures) que les toxiques classiques.
 Plus la durée d’exposition est longue, plus les conséquences sont graves
 Synergie entre les perturbateurs endocriniens. Être exposé à plusieurs de ces substances en même temps a des conséquences beaucoup plus graves que si l’on était exposé à une seule.

Selon les études menées, les pathologies provoquées par ces substances sont principalement l’apparition de cancers et des troubles de la fertilité. On observe actuellement une élévation très rapide des infertilités masculines chez les jeunes hommes. Ainsi en 40 ans, la quantité de sperme chez les hommes a diminué de 59,3 % et la concentration en spermatozoides de 52,4 % selon une méta-analyse publiée par la revue Human Reproduction, scrutant 50 pays.

Les scientifiques pensent qu’un certain nombre de substances pesticides (dont perméthrine, deltaméthrine, tetraméthrine) ont un tel caractère, mais pour des raisons techniques, la certitude de cette action nécessitera de nombreuses années.

Le Ministère de l’Environnement vient de publier sur son site, la liste les produits ayant POTENTIELLEMENT ces actions. Elle se trouve ci-dessous (Source : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/)

Sont-ils vraiment dangereux ? On peut penser que nous le saurons dans 10 ans.

Source : https://www.jardinerie-animalerie-fleuriste.fr/actualites/produits/jean-michel-michaux-docteur-veterinaire-cest-quoi-perturbateurs-endocriniens/370238/